Travail à l’étranger : vos droits à la retraite

Publié le 13.08.15
PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
droit-a-la-retraite

Alors qu’un senior sur dix choisit de passer sa retraite au soleil, qu’en est-il pour les français qui ont travaillé à l’étranger ? Quels sont vos droit à la retraite si vous avez passé une partie de votre vie à travailler à l’étranger ? Voici quelques pistes pour y voir plus clair.

Les droits à la retraite des travailleurs à l’étranger

Si vous avez fait, ou que vous envisagez de faire, votre carrière à l’international, vous vous posez certainement la question de vos droits à la retraite. En tant que travailleur à l’étranger, deux statuts d’embauches existent : le recrutement local et le travailleur détaché. Vos droits au régime général de la sécurité sociale française seront différents en fonction de votre statut.

Les travailleurs détachés

Si vous êtes un travailleur détachés, vous travaillez pour une entreprise française, dans un pays étranger. Dans ce cas, vos droits sont simplement les mêmes que pour un salarié français. En effet, l’entreprise française pour laquelle vous travaillez va continuer à cotiser pour vous au régime général de la sécurité sociale française, même si vous travaillez à l’étranger. Attention toutefois, la durée maximale de détachement varie entre 6 mois et 2 ans, en fonction des accords passés entre les deux pays. Rappelons également que pour le moment, l’âge légal de départ à la retraite est de 62 ans.

Les travailleurs expatriés

Les personnes qui sont recrutées localement par une entreprise implantée dans un pays étranger sont appelées des expatriés. Les conditions pour bénéficier de la retraite française sont alors totalement différentes de celles des travailleurs détachés. Les périodes travaillées à l’étranger seront prise en compte pour votre retraite en fonction des accords passés entre les deux pays. Si vous avez travaillé dans un pays qui n’a pas d’accords avec la sécurité sociale française, vos droits seront calculés distinctement dans chaque pays. Si vous avez, par exemple, travaillé 20 ans en France, et 20 ans dans un pays qui n’a pas d’accord avec la France du point de vue des retraites, vous toucherez les retraites des deux pays séparément. En fonction de la durée de votre expatriation et de votre âge, vous pourrez néanmoins être amené à cotiser auprès de la Caisse des Français à l’étranger.

Travail à l’étranger : l’assurance volontaire

Tous les travailleurs expatriés, qu’ils soient salariés ou non, peuvent choisir de cotiser volontairement à un régime français, pour leur retraite de base et leur retraite complémentaire. Depuis le 1er mars 2011, tous les français installés à l’étranger doivent s’adresser à la Caisse des Français à l’étranger pour tout ce qui relève de l’assurance vieillesse volontaire. Pour cotiser auprès de la Caisse des Français à l’étranger, vous devez faire la demande dans les dix ans qui suivent votre expatriation. Si vous souhaitez cotiser pour votre retraite complémentaire, vous pouvez cotiser auprès de la Caisse de retraite des expatriés si vous êtes salarié, ou de la Caisse de retraite des cadres expatriés si vous êtes cadre.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*