Gaspillage alimentaire : la loi adoptée au sénat

Contactez le service client de la marque Courses U
Que dit la loi sur le gaspillage alimentaire ?

Vous avez les yeux rivés sur les dates limites de consommation lorsque vous faites les courses au supermarché ? Vous avez bien raison. C’est assez rageant de s’apercevoir que des produits qu’on vient d’acheter périment dans 2 jours et qu’on va sûrement devoir les jeter sans les manger. Le gouvernement a décidé de lutter contre le gaspillage alimentaire et de s’attaquer aux dates limites de consommation. Comment ? On vous explique.

Gaspillage alimentaire : la faute du consommateur ?

Nous sommes tous responsables du gaspillage alimentaire : on ne fait pas attention aux dates de consommation (DLC) et un produit qu’on n’a même pas ouvert se retrouvent périmés ! C’est pourquoi, le gouvernement a décidé d’agir contre le gaspillage alimentaire et d’améliorer le système des DLC. Une nouvelle loi a été votée au Sénat pour lutter contre ce fléau. Elle évoque notamment le don de denrées alimentaires dans les supermarchés au profit des associations, la sensibilisation à l’école et engager la « responsabilité sociale et environnementale des entreprises » à ce sujet.

Date limite de consommation et durabilité minimale

Les consommateurs ont du mal à comprendre les DLC, du coup, ils gaspillent. C’est notamment vrai pour la confusion qui est souvent faite entre la Date Limite de consommation et la date de durabilité minimale (DDM). La différence entre « à consommer jusqu’au » et: « à consommer de préférence avant le/avant fin » est assez floue. Le consommateur ne sait généralement pas qu’il peut continuer à consommer un produit après la DDM.

Afin de réfléchir aux améliorations qu’il serait possible de mettre en place, un groupe de travail ministériel a été mis en place. Leur but est de réfléchir aux actions qui permettraient de mieux informer le public sur la durée de conservation des aliments après ouverture et de donner des informations plus claires. Dans un communiqué de presse relatif à cette annonce, le CLCV (association pour la défense des Consommateurs, logement et cadre de vie) a donné les solutions qui lui paraissent appropriées :

    • Remplacer « à consommer de préférence avant le/avant fin » par « Meilleur avant » serait effectivement beaucoup plus clair pour le consommateur.
    • Par contre, la seconde proposition qui est de remplacer « à consommer jusqu’au » par « ne pas consommer après » ou par « à consommer impérativement avant » ne paraît pas indispensable. On comprend quand même relativement facilement avec la mention existante que le produit ne doit pas être consommé après la DLC…

Informer le consommateur plus clairement est une excellente initiative et on peut se demander ce qui va être fait concrètement dans les écoles et dans les entreprises pour lutter contre le gaspillage alimentaire puisque ce sont deux mentions de cette loi.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*