Le konjac, secret de minceur des japonais

Contactez le service client de la marque Weight Watchers
Publié le 31.01.16
PartagezTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
découvrez une astuce mincir : le konjac

Presque pas de calories, bon pour la santé, délicieux avec des accompagnements… Le konjac , cette racine bourrée de qualité consommée quotidiennement au Japon, ne pourra que ravir celles et ceux qui aimeraient se délester des quelques kilos superflus accumulés pendant les fêtes. Alors n’hésitez plus, mettez le konjac au menu sans tarder !

Le konjac, une racine consommée depuis deux milles ans

Au Japon, le konjac est consommée depuis plus de deux mille ans. Aujourd’hui encore, on en trouve un peu partout dans la cuisine nippone . Cette plante de la famille des aracées, nommée Amorphophallus konjac, est cultivée dans toute l’Asie. Elle est originaire des forêts tropicales et subtropicales du Vietnam, de la Chine, de l’Indonésie, de la Corée du Sud ou encore du Japon. Son énorme tubercule fait jusqu’à quatre-vingt centimètres de circonférence. On la réduit en une fine poudre – l’ingrédient de base de la cuisine asiatique – puis on la transforme en bloc ou en vermicelles. Dans les temps anciens, cette plante était utilisée comme un aliment médicamenteux et thérapeutique contre la toux, le cancer, les brûlures ou les troubles intestinaux. Aujourd’hui, en Occident, on la consomme surtout pour perdre quelques kilos . Néanmoins, il a été prouvé qu’elle est très bénéfique contre le cholestérol par exemple. Alors pourquoi s’en priver ?

Le konjac, où le trouver

Le konjac peut se consommer en gélules – on le trouve alors dans les pharmacies, les parapharmacies ou les magasins diététiques. Le konnyaku et les shiratakis, ces vermicelles de konjac , se vendent dans les épiceries asiatiques , sur Internet ou même dans les supermarchés, au rayon bio, diététique et régimes. Il se présente alors sous forme d’emballage dans lequel se trouve une petite poche remplie de liquide et de nouilles de konjac . Avant de les consommer, il faut les égoutter et les rincer, avant de les réchauffer pendant quelques minutes. Ne vous laissez pas inquiéter par l’éventuelle odeur de poisson – elle disparaitra à la cuisson. Le plus ? Le konjac se conserve plusieurs mois dans son emballage.

Le konjac, quels bienfaits

Il n’y a ni vitamines, ni minéraux dans le konjac. Il faut donc bien faire attention à conserver une alimentation variée à côté, par exemple avec la méthode Weight Watchers si vous voulez vous délester de quelques kilos superflus. Mais en dehors de ça, il a de très nombreuses vertus. C’est par exemple un excellent moyen de piéger les graisses et les sucres : il renferme une fibre soluble, le glucomannane , qui absorbe jusqu’à cent fois sont volume d’eau. C’est aussi un aliment particulièrement hypo-calorique : on ne compte de 10 calories pour 100 grammes de konjac ! Il est aussi très efficace pour nettoyer les intestins , grâce aux fibres naturelles qu’il contient et qui lui permettent d’aider à l’élimination des toxines. Le konjac est aussi un coupe-faim , car il remplit l’estomac. Et au-delà de ses qualités minceur, il aide à stabiliser la glycémie et le taux de cholestérol .

Le konjac, comment le cuisiner

Le konjac en bloc ou konnyaku se prépare un peu comme le tofu. On peut découper le bloc en petits cubes ou en lamelles, l’ajouter dans de nombreuses préparations : soupes, poêlées, woks, salades, plats cuisinés… On peut même le faire gratiner ! Côté mariages, le konjac est un aliment facile à mélanger. On le prépare aussi bien avec des légumes qu’avec de la viande, du poisson, des fruits de mer ou même des fruits. N’hésitez pas à ajouter des épices, des herbes et des aromates. En effet, le konjac nature a une saveur neutre. Les shiratakis , elles, peuvent remplacer des pâtes classiques dans de nombreuses recettes à base de légumes, de viande, de poisson, ou même simplement avec un peu d’ail, d’huile d’olive et de piment, façon “aglio olio”. On peut ainsi les déguster chauds ou froids dans des soupes, des bouillons, des woks et des salades. Leur goût, là aussi, est neutre : on peut donc les accompagner avec des aliments à la saveur plus prononcée. C’est d’ailleurs recommandé pour donner du goût à votre plat. À vos fourneaux !

Régime Santé Contenus associés
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*